Alpaga

De Signé Fantômette

Le contenu de cette page est issu intégralement de l'article original publié sur Mille Pompons.

Le soi-disant prince d'Alpaga, complice du Furet, apparaît comme l'archétype du gangster italien. Son titre est évidemment usurpé (on apprend qu'il est en réalité le fils d'un tondeur de rats et d'une marchande de trognons de pommes !) et il ne semble avoir qu'une vieille tante à Paris (Sidonie Alpaga), à qui il demande l'hospitalité dans Appelez Fantômette ! tout en la dévalisant allégrement.

Grand, mince, brun aux yeux noirs, distingué, il est toujours habillé de costumes sur mesures coupés dans les tissus les plus onéreux (soie, cachemire) et aux couleurs extravagantes. On apprend dans Appelez Fantômette ! qu'il est daltonien, ce qui explique pourquoi il "assortit" les couleurs des différentes pièces de sa tenue avec un goût aussi douteux. Il est excessivement coquet, se regarde en permanence dans la glace et rêve de devenir riche pour se permettre toutes les folies vestimentaires.

Vif et intelligent, criminel endurci comme Le Furet auquel il est aveuglément fidèle, il avoue n'avoir peur de rien sauf d'avoir "un bouton décousu ou un faux pli à mon pantalon". Et c'est bien là le problème : sa passion pour les vêtements le conduit à toutes les stupidités, refusant purement et simplement d'agir s'il doit se salir ou dépensant sans compter même dans les périodes de vaches maigres pour renouveler sa somptueuse garde-robe.

On apprend malgré tout qu'il a des talents de peintre étonnants (Fantômette et la maison hantée) et un certain don pour se déguiser et modifier sa voix (Fantômette et le Dragon d'or, Fantômette fait tout sauter). Son apparence soignée lui permet en outre de s'introduire dans les milieux luxueux (Fantômette à la Mer de Sable) pour mener à bien les plans organisés par Le Furet.